Hey, tu es toujours là pour la suite du voyage ?

Parfait.

La dernière fois, nous quittions juste death valley, pour aller en direction de Sequoia National Parc.

La route a été pas mal longue, et comme d'habitude, nous avons encore été frappés par les grands espaces et le paysage qui change, presque aussi rapidement qu'il ne défile.

Du désert, des ranch perdus dans les prairies, au pied de la montagne, puis la culture et l'élevage intensif, dans la vallée.

Des biches qui nous traversent sous le nef, des chipmunks qui courent comme si leur vie en dépendait.

J'avais un tout petit peu peur, avant de partir, que la route finisse par être pénible, et d'en avoir ras le cul de la voiture, parce que je te le rappelle, nous avons fait en tout 3000km, mais honnêtement, non. Rien que rouler, dans ces paysages mythiques, en particulier sur les grandes routes toutes droites, c'était génial.

Je ne suis pas certaine que ça puisse faire ça avec un autre pays. Parce que les Etats-Unis, quand-même, on y a été biberonné. C'est Thelma et Louise, c'est l'homme qui murmurait aux oreilles des chevaux, c'est Fargo, Born to kill, La chevauchée fantastique, n'importe quel Tarantino, jusqu'à walking dead, Breaking bad, etc. Se retrouver catapulté en plein dans tes références, c'est dingue, n'importe quel petit détail, et tu t'y crois... Le rêve de dormir dans un motel putain, alors que finalement, ouais, c'est un genre d'hôtel hein, mais... le distributeur de glaçons ! Psychose et le Bates Motel, tous les films d'horreur qu'on a maté, la tuerie dans Fargo... Bref, je m'égare, mais, tu vois ce que je veux dire ? Ben la route, ça fait pareil...

Nous allions vers SEQUOIA NATIONAL PARC, donc...

Bon ben... Ouais, même les arbres, là-bas, sont démesurés...

 

DSCN1139

20180927_153637

J'en connais un, qui était un peu comme un fou... Ouaip, le darling est ingénieur forestier de son état, alors tu imagines, c'est un peu comme si on me lâchait dans une contrée remplie de pelotes de laines géantes, toutes plus chatoyantes les unes que les autres. Ça lui a fait l'effet que les biches et death valley ont eu sur moi. Je pense qu'on a eu de la chance, et qu'on aurait vraiment pu revenir complètement frappés de ce voyage, lui, enlaçant tous les arbres qu'il croise, moi, a brouter de l'herbe en bougeant les oreilles...

Et devine ce que l'on a croisé...

 

DSCN1150

J'ai encore eu envie de chialer, en voyant mon premier ours sauvage, produit brut de la nature grandiose.

Ce sont donc des ours noirs, qui doivent être tout de même assez habitués à voir les hommes, en particulier celui que j'ai photographié, qui nous faisait limite un peu le show, mais ne nous calculait pas, genre, ouais, je grimpe sur le tronc, tiens, ça te fera de belles photos, mais je m'en bat les pattes de ta tronche... Ils restent sauvages hein, on ne s'amuse pas à leur faire "kitty kitty kitty".

On en a revu un autre un peu plus gros et plus distant, sur une balade bien moins touristique. On a commencé par l'entendre, du coup, tu te figes, parce que quand-même, t'es comme un con au milieu d'un chemin désert, avec des sandwiches dans ton sac à dos. T'entends les branches craquer, et soudain, hop, tu l'apperçois, un ours ! Dingue.

 

DSCN1164

DSCN1166

DSCN1175

DSCN1180

DSCN1182

DSCN1189

DSCN1191

KINGS CANYON est un parc collé à Sequoia, et il ne vous faudra qu'un pass pour faire les deux.

Ici, tu imagines les chercheurs d'or s'affairer dans Kings River. C'est extrêmement paisible. Le canyon t'offre une perspective magnifique. Par contre, ici, j'ai souffert. Ouais. Le chéri est forestier, et il aime marcher. On a fait une rando de 18,5km. 7h de marche, après 10 jours de voyage. Pas mal de grimpe. Je sais pas, j'étais pas préparée. J'étais pas en condition surtout, parce que c'était pas non plus si dur que ça, mais je sais pas, j'étais fatiguée, ça faisait deux nuit que je dormais à peine dans la tente, je ne voyais pas le bout, je ne savais pas combien de temps on allait encore marcher comme ça, je voyais la cascade, et nous, on continuait de grimper, encore, ben je t'avoue que j'ai re-chialé, mais cette fois, pas d'émotion, enfin si, en quelque sorte, mais j'ai un peu craqué quoi. Et tu sais quoi ? Quand on est arrivés, j'étais vachement fière de moi (et super contente de revoir la voiture et de faire valser mes chaussures de rando), et maintenant, c'est un bon souvenir. En revanche, les prochaines grosses randos vont me demander de me mettre en condition psychologique !

 

Allez hop, je te propose de voir tout ça en images qui bougent !

Des bises d'ours.

 

La californie épisode 3